Intérêt écologique des milieux dunaires et forestiers

  Intérêt écologique des milieux dunaires et forestiers

Les milieux dunaires de l’île d’Oléron présentent l’originalité d’être établis sur des sables calcarifères qui permettent l’établissement d’une végétation thermo-atlantique particulièrement riche. La forêt mixte à chêne vert et pin maritime est ponctuée de dépressions humides interdunaires et de mares. La dune grise comprend des micro-dépressions dominées par le saule des sables. Les conditions climatiques particulièrement clémentes de l’île ainsi que la nature filtrante et sèche du substrat sablonneux ont permis le développement de milieux remarquables par leur végétation méridionale, abritant de nombreuses plantes rares en France ou en Poitou-Charentes comme le cynoglosse des dunes, le ciste à feuilles de laurier, le garrou, l’ornithope penné, ainsi que la spiranthe d’été et le liparis de Loesel, dans les dépressions interdunaires.

Parmi les espèces animales, les plus remarquables sont le pélobate cultripède, petit crapaud fouisseur d’intérêt régional majeur, lelézard ocellé (lézard vert méditerranéen), ici en limite nord de son aire de répartition, la rosalie des Alpes, insecte inféodé aux vieux arbres sénescents ou morts dans des dépressions forestières humides, le hibou petit-duc, dans le bois d’Avail, et le circaète Jean-le-Blanc, grand rapace nicheur dans la forêt de Saint Trojan.

Extrait document de classement ile d’Oléron Diren

Ce contenu a été publié dans économie, fanzine, histoire naturelle, tourisme, vie locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.