Marthe DEVIN 8/26

icones-martheicones-carnet

 

 

11 août 1917 :
Je n’ai plus de cliches de cuivres, comme on dit à Sedan. Quand au reste… Je le mets sous la sauvegarde de Marie. Beaucoup de personnes déclarent leurs installations d’eau et d’échange, d’autres ne le font pas.
J’apprends que la saisie vient d’être levée, on a arrêté de couper les conduites de gaz. Il y avait déjà 200 personnes privées de gaz à Torey et, malheureusement, on n’a pas seulement fermé la clef, les tuyaux, écrasés, sont à remplacer.

6 septembre 1917 :
A 11 heures je suis allée voir les terres ouvrières du secteur Misset. Arrachage bien en train. Très violente canonnade direction Verdun après mauvaise dépêche d’hier, la prise de Riga par les allemands !… pauvre Russie …
J’apprends que Mr le Curé du Fond de Givonne, malade, demande 2 mois de congé passés à Iges.

8 septembre 1917 :
A 10h1/4 enterrement de la baronne de Failly, la maman de Mme de Tassigny. Encore une bonne vieille amie disparue.

19 septembre 1917 :
Mlle de L. me dit qu’il y a une foule de soldats, des débris d’armée, arrivée en ville depuis hier, et que l’on a remporté une grande victoire sur Lomepi ; l’ennemi a laissé plus de 60 000 hommes dit-on. La 1ère chose que j’ai entendue ce matin, en ouvrant mes volets, c’est une musique et des chants d’un régiment qui arrivait. Leur allure paraît-il, était celle d’hommes épuisés.

25 septembre 1917 :
Ce matin, je me suis hâtée, ayant dormis une heure plus tard. Quand j’eus déjeuné et lavé ma casserole à lait, j’entendis frapper dans la rue, (Mlle Louise était à sa fenêtre) je vis des ouvriers plombiers et un soldat allemand : les ouvriers écrasaient à coup de marteau la conduite de gaz maison Lenoble, le soldat enregistra. Je remontai dans ma chambre, où je priai, je ne me montrai pas, et j’entendis que l’on détruisait notre canalisation et que l’on prononça : Mme Devin.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire