Paul DEVIN 14/26

icones-notesicones-paul

11 octobre 1914

Dimanche 11, nous entendons une grande canonnade toute la journée. Le matin je vais au fort du Rozellier et je passe l’après-midi au bois du Tremblais où l’on travaille toujours. La journée est belle.

12 octobre 1914

Lundi, rien de particulier.

13 octobre 1914

A la suite de réclamations de marchands de bois, je circule dans les coupes du Tremblais avec mes voituriers. Il faut en effet beaucoup de bois pour faire la cuisine en plein air et les compagnies en envoient chercher dans les bois avec des voitures. Je fais le relevé de ce que nous avons pris afin de fournir les bons nécessaires. Pendant ma tournée, j’ai cueilli un bouquet de violettes des bois.

L’après-midi, je suis sorti à cheval.

14 octobre 1914

Mercredi matin je sors à cheval et je vais voir le travail d’une équipe de cimentiers que j’ai fournie pour le bétonnage d’une plate-forme destinée à recevoir deux pièces de marine dans les bois, auprès de la voie blanche.

15 octobre 1914

Jeudi j’ai reçu une lettre d’Élisabeth m’annonçant que mes parents sont arrivés à St Denis. Quel voyage pour eux qui n’auraient jamais cru aller là-bas. Ils y seront en famille et tranquilles, mais quel changement dans leurs habitudes! J’ai vu l’après-midi le Général Cobone sur les tranchées.

16 octobre 1914

Vendredi j’ai passé l’après-midi à circuler dans le bois du Tremblais.

17 octobre 1914

Samedi je visite les travaux ; le temps est couvert et humide, cela sent l’automne.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire